L’Actu des adhérents #1 : Le Parc de Damien Manivel

Si durant l’été 2015, pendant que vous vous promeniez dans les parcs autour de Poitiers, vous avez croisé sept personnes qui tournaient un film, c’est que vous avez croisé l’équipe au grand complet du dernier film de Damien Manivel, Le Parc.

Et dans cette équipe se trouvaient Simon Hallier et Sophie Ohayon, deux étudiants du Master Professionnel Assistant Réalisateur qui effectuaient leur stage sur ce tournage très particulier !

Après avoir été diffusé par l’ACID au Festival de Cannes 2016, Le Parc sort maintenant dans les salles de France et de Navarre. C’est l’occasion pour Simon et Sophie de nous faire partager leurs retours sur cette initiation au monde magique du cinéma !

shellac-le-parc-affiche-1858

1. Quel a été votre rôle en tant que stagiaires sur le tournage du film ?

En tant que stagiaires mise en scène, nous nous sommes occupés des repérages décors, du casting et d’une partie du plan de travail. Compte tenu du budget serré du film et de l’équipe très très réduite, nous avons également fait de la régie, de la recherche de costumes, et nous avons aidé l’équipe à se fournir en matériel sur place. Pendant le tournage, nous nous sommes aussi occupés de transporter l’équipe et les comédiens, de gérer une partie de la figuration et du transports des rushs à l’assistant monteur à la fin de la journée. Suivant les tâches qui devaient être effectuées sur le plateau, nous nous les répartissions. Quand Simon faisait le clap, Sophie s’occupait de la figuration. Quand des missions plutôt liées à la régie nous appelaient, c’est Sophie qui s’en occupait pendant que Simon gardait la gestion du plateau. Notre implication fut intense pendant les deux mois de préparation et tout le long du tournage.

2. A quelle difficulté/challenge avez-vous dû faire face ?

Les qualités et particularités du projet ainsi que la méthode unique de réalisation du réalisateur nous ont donné du fil à retordre. Chaque demande, que ce soit en régie, mise en scène, autant que pour les décors ou le matériel, devait se faire à moindre coût. Nous nous devions d’être réactifs et toujours en adéquation avec les possibilités financières du projet.

3. Quels ont été le meilleur moment et le pire moment du tournage ?

Nous avons beaucoup apprécié la phase de casting sauvage accompagnée de la recherche de décors puisqu’il nous fallait sillonner la ville dans tous les recoins, ce qui nous amenait à faire des découvertes intrigantes ! Le moment le plus délicat, c’est certainement lorsque Damien nous a demandé  de trouver une barque à fond plat très grande et d’en assurer le déplacement jusqu’au lieu où l’on tournait, le tout sur un délai d’à peine quelques jours ! Nous étions déjà bien fatigués par le rythme intense du tournage, et cette demande particulièrement difficile nous a pris beaucoup de temps, tout en gérant le tournage en parallèle. Nous avons fini par la trouver mais c’était éreintant !

4. Avez-vous vu le film depuis, et qu’en pensez-vous ?

Nous avons eu la chance de voir le film en avant-première à Cannes en mai 2016 et nous n’avons pas été déçus du résultat. Le ton du film est juste et les séquences dans la forêt sont très réussies, plongées dans une ambiance très onirique. Cependant, en tant que collaborateur à la fabrication du film, il est difficile d’avoir l’enthousiasme d’un spectateur « innocent », on ne peut s’empêcher de se remémorer la manière dont chaque plan est pensé, conçu et réalisé lors du tournage. Ce film a demandé énormément d’efforts qui sont invisibles à l’écran (comme chaque film après tout !), si bien qu’il est difficile de raccorder l’expérience et le résultat. Dans tous les cas nous nous réjouissons de l’accueil très favorable de la presse et du public.

5. Quel bilan faites-vous de cette expérience particulière d’un tournage ?

Ce fut une expérience très instructive. La méthode de Damien [Manivel] a tordu le cou à la plupart des choses apprises en Master ou en Licence. Il s’agit d’une manière particulière de réaliser un film de A à Z , bien loin des us et coutumes de la profession ! Nous avons eu la chance de pouvoir suivre le projet de la phase d’écriture jusqu’à la fin du tournage. Il nous a fallu remettre en question toute la théorie et la pratique que nous avions acquises avant le projet.

6. En quoi ce stage a-t-il été important pour vous en lien avec le Master Professionnel Assistant Réalisateur ?

Ce stage fut très important puisqu’il nous a apporté une vision très différente, par moment antithétique, de ce qu’il convient de faire sur un tournage traditionnel. En ce sens, il apporte un complément indéniable à la formation. A notre avis, il est tout aussi important de travailler pour un cinéma plus indépendant dans lequel l’investissement personnel n’est pas le même que de se former sur des tournages plus conventionnels.

leparc-jpg

 

Article du Monde sur Le Parc de Damien Manivel

La fiche du film

Et bientôt notre entretien avec le réalisateur Damien Manivel pour notre série L’art et la manière

Comments are closed.